Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Yves Martineau le Lun 15 Fév 2010 - 12:29

Vincent Messier-Lemoyne a écrit:Ça nous ferait plaisir Pat!

J'espère que tu nous parleras de ta Preuses!

Oui, ainsi on pourra dire de Vincent qu'il lut après ta prose sur ta Preuses. (lire à voix haute Wink )

Ce sera un plaisir de trinquer virtuellement à la tienne Patrick et de revoir ce tâcheron de Baron tenter d'apprendre un peu en compagnie de grands dégustateurs....
avatar
Yves Martineau

Messages : 5265
Date d'inscription : 07/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Michel Therrien le Mar 16 Fév 2010 - 8:30

On devrait faire nos CR ici afin de faciliter la recherche ultérieure!

Une grande soirée qui se termine en sorte de Paulée avec une tonne de vins en extra.
Cette verticale m'a réservé plusieurs surprises dont un trio 2002-2000 et 1999 vraiment magnifique. Ce vin mythique et rare s'est révélé à la hauteur de mes attentes pour une bonne majorité des millésimes présentés. Seul le 2003 m'a déçu et le 95 en magnum était douteux. Le 2002 a été mon vin de la soirée et vraiment une très grande bouteille qui représente bien la minéralité, la richesse ainsi que la densité dans le même flacon. WOW! Il ne reste qu'à rêver d'une verticale de Preuses du même producteur.......... cheers

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
avatar
Michel Therrien

Messages : 7630
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 54
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Mar 16 Fév 2010 - 16:18

La soirée d’hier s’annonçait mémorable et elle l’a été, et ce à plusieurs niveaux! D’abord l’assemblée était attentive, diversifiée, mais également festive. La fin de la soirée l’a prouvé. S’il est plutôt rare de déguster un grand cru de Dauvissat, de goûter 10 millésimes de Clos est proprement unique. Je tiens d’ailleurs à remercier Pierre Séguin de les avoir sortis de sa cave pour nous permettre de nous plonger dans cet univers.

Les vins ont été servis à bouteille découverte :

Chablis 2005 : En bouteille. Nez de laine mouillée, de poussière de roche, de citron et d’embruns marins. L’intensité de l’ensemble, son caractère sans compromis signent même à ce niveau les vins du domaine. La bouche est ample, dense. Si la finale se cherche encore un peu entre une minéralité chaude, une certaine amertume et une acidité vive, tout semble suffisamment proportionné pour atteindre un bel équilibre. Très bien.

Les Clos 2005 : En magnum. Nez profond et doux qui s’articule autour de citron confit, de fumée, de crème fraîche et de bougie. L’aération complexifie l’ensemble de notes d’ananas frais, de fleur mauve et de lait d’amande. La bouche est volumineuse, riche où la structure du cru s’efface derrière la maturité de la chair. La finale se resserre et laisse voir des éléments structurels qui permettront une belle garde. Superbe.

Les Clos 2004 : En magnum. Seul vin que j’avais déjà goûté, l’été dernier, et qui m’était alors apparu fermé à double-tour. Le nez est ici intense, avec des arômes de zestes de citron, d’embruns marins, de fleur blanche et de poussière de roche qui jaillissent littéralement du verre. Alors que le 2005 jouait l’opulence, la richesse et la maturité, nous sommes ici dans un monde où tout est ciselé, tendu, cristallin et épuré. La bouche est vive, dynamique d’une précision chirurgicale et d’une énergie ahurissante. La finale est tendue, éclatante, très longue. Superbe.

Les Clos 2003 : En bouteille. Nez complètement différent sur l’orange, la mangue, la figue, le miel chaud et des notes épicées rappelant la cannelle et la muscade. À l’attaque, la chair est caressante et suave, avec un éclat certain. Le tout tombe rapidement en bouche par contre et laisse une légère impression de chaleur. Des participants ayant goûté l’autre bouteille semble avoir apprécié davantage. Bien.

Les Clos 2002 : En magnum. Ici aussi, on trouve un nez intensément parfumé, d’une grande fraîcheur sur des notes de crème fraîche, d’encens, de citron confit, de fleur fraîche. La bouche combine à la fois ampleur, suavité, élégance et dynamisme. La finale perdure longuement où le structurel répond à l’aromatique dans un ensemble ciselé, éclatant, naturel et pur. Sublime.

Les Clos 2000 : En magnum. Nez moins intense que le précédent, sur des arômes plus « lourds », sans être moins fins, évoquant la poire mûre, la menthe douce, le miel fin, la cire et la laine mouillée. La bouche est patinée, aboutie, moins volumineuse et intense que celle du 2002, mais pourtant d’une finesse de grain, d’une élégance de texture époustouflantes. La finale est une leçon d’élégance où vigueur et douceur sont magnifiées. Sublime.

Les Clos 1999 : En magnum. Ce trio de rêve devait ne pas faire mentir l’adage disant : « jamais deux sans trois »! Nez intermédiaire entre les deux précédents en ce qui a trait à son intensité, dans un registre un rien plus évolué, sur la pomme poire, le miel fin, le lait d’amande et un registre salin/marin procurant du relief. La bouche est d’une délicatesse, d’une finesse incroyables dévoilant une chair tendre, parfumée, polie, mais si précise, intense, mais sans violence. La finale est longue, racée, expansive. Un vin qu’il fait incroyablement bon boire et qui laisse penser qu’il se maintiendra sur ce plateau sans efforts une quinzaine d’années! Sublime.

Les Clos 1998 : En bouteille. Nez plus fondu, peu intense, sur le citron frais, les fleurs blanches et quelques notes épicées. La bouche est fraîche, vigoureuse, mais sans excès. Peut-être est-ce le fait de passer après trois vins de rêve, mais l’ensemble m’est apparu plus linéaire et n’ayant pas le fond des autres. Longueur correcte affichant une belle franchise. Très bien.

Les Clos 1997 : En magnum. Nez séduisant, exotique, affichant la maturité du millésime, sur des notes de mangue, de fleur mauve, de fruit de la passion et de miel. La bouche est ample, douce, offrant une texture caressante sans être grasse. L’acidité en finale est vive et confère à la bouche une impression d’être en deux temps. Longueur correcte. Un vin à point et délicieux à table! Excellent.

Les Clos 1996 : En bouteille. Nez initialement particulier oscillant entre la mangue et le cornichon à l’aneth (!!!) qui évoluera sur l’agrume frais, les épices, les fruits à chair jaune sec, l’huile d’amande et le miel chaud. La bouche est baroque, intense, presque brutale. L’acidité est élevée, l’amertume prononcée. Je ne sais si le temps bridera le tout, mais ce vin en a désarçonné plusieurs par son côté sans compromis, sauvage. Excellent.

Les Clos 1995 : En magnum. Nez poussiéreux sur des notes de mousseron, de caramel au sel, de fruits secs et de fleur fanée. La bouche est assez structurée, mais peu volumineuse. Les composantes aromatiques apparaissent brouillonnent. La bouche semble manquer d’ampleur. La finale est très minérale, droite. Bien.

Au final, des vins qui n’ont pas fait mentir la réputation d’excellence, à la fois du terroir et du vigneron. Des vins qui évoluent longuement, tout en conservant des lignes épurés, toniques et qui, dans les meilleurs cas, combinent densité, raffinement et éclat avec une délicatesse de chair séduisante. Des vins de corps et d’esprit à chérir et laisser doucement évoluer en cave avant de les ouvrir peut-être pas à genoux, mais la tête découverte du moins!

Puis, plusieurs offrandes à l’aveugle, à bouteille découverte, dans une sympathique atmosphère un rien friponne. Je retiens le nez séduisant et la bouche juvénile du Bussia 2000 de Prunotto (merci Carl), l’accessibilité sans rien concéder à la profondeur ni au raffinement du Nuits Aux Thorey 2005 de de Montille (merci Philippe et Hubert), la typicité, la vigueur et la longueur de la Côte-Rôtie 2005 de Jamet (merci Yves), le caractère floral et épicé, avec une belle densité en bouche de la Guiraude 2004 de Graillot (mon offrande), le nez absolument incroyable et la bouche à la texture de rêve du Vosne Clos des Réas 2005 de Michel Gros (merci Martin).

Parlant de Michel Gros, alors que la vigueur et la fraîcheur de la finale m’évoquaient la vendange entière (partiellement, du moins), il semblerait qu’il égrappe totalement. Cette interrogation m’a cependant fait découvrir son superbe site Internet, avec un glossaire bien fait, une exposition exhaustive des vinifs, photos à l’appui, et une superbe carte de la Côte-de-Nuits. À découvrir : http://www.domaine-michel-gros.com/

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Michel Therrien le Mer 17 Fév 2010 - 14:35

Un retour sur cette prestigieuse dégustation. Un grand cru, d'un grand producteur, sur une verticale.....que demander de plus! Merci Pierre d'avoir eu accès à une partie de ta cave en plus d'une partie de nos rêves. Ne reste plus qu'à convaincre Vincent Dauvissat de venir partager avec nous son autre grand cru de rêve qu'est Les Preuses. Un bref CR des vins,

Chablis 2005 : En bouteille. Vin de mise en bouche. Un bouquet bien expressif avec fruits exotiques et coquillages. La bouche est riche et demeure plutôt vive dans son ensemble. On perçoit la richesse de l'année. 16/20.

Les Clos 2005 : En magnum. Un bouquet sur les fruits exotiques mais de faible intensité. On débute avec un vin bien gras, large mais avec le bon support acide qui confère à l'ensemble une certaine densité. La finale n'est pas encore en place mais se veut fort longue. Un vin pour demain que l'on rencontre rarement en dégustation au niveau de la richesse. Je n'aurais pas misé sur un grand cru chablisien. 17-17,5/20.

Les Clos 2004 : En magnum. Une bouteille qui a semblé diviser l'assemblée. Un vin droit, très franc, plutôt vif sans être tranchant avec un certain gras autour de cette structure acide. Un vin craquant! La rétro sur des notes de coquillages et des huîtres me séduit. Un vin alliant pureté et précision. L'évolution lui apporte ouverture et plénitude. 17,5/20.

Les Clos 2003 : En bouteille. Un bouquet de mangue et d'épices douces. Vin rond et charmeur en ouverture qui ensuite devient plutôt muet par la suite. Il pêche par discrétion à ce stade. En avoir, je les garderais longtemps en cave car peu de plaisir pour le moment. 15/20. Je dois avoir mal saisi ce vin.

Les Clos 2002 : En magnum. Un bouquet sur les poires, la mie de pain chaude, les graines de sésame et un peu d'agrumes. En bouche c'est la joie! Vin ample, un beau gras, c'est frais, un côté vaporeux s'installe puis le tout reprend en puissance, très grande longueur sur le pain grillé et les poires. Un vin croquant p/r au craquant du 2004. Harmonie et plaisir. WOW, mon vin de la soirée. 18,5/20.

Les Clos 2000 : En magnum. Un vin minéral au nez....je sais on lit souvent cela sur les forum internet mais ça demeure mon impression de cailloux chauds et frottés ensemble. Vin rond, peu gras à la finale longue et douce sur des notes finement salines. Vin de poisson avec une sauce peu relevée aux agrumes. Pas un vin de concours mais de plaisir. 17/20.

Les Clos 1999 : En magnum. Je ne m'attends pas à un grand vin dans ce millésime et pourtant mon second vin de la soirée! Un peu de tout et donc de la complexité. Un vin ample alliant une certaine puissance et de la densité. Un vin tactile avec classe! 18/20.

Les Clos 1998 : En bouteille. Le vin prêt à boire. Rondeur, encore un peu de gras, frais avec une belle finale sur des notes de "céréales" et d'agrumes. 16,5/20.

Les Clos 1997 : En magnum. Un bouquet de bonne intensité avec des notes de tabac blond, de noisette, de miel et de beurre chaud. Vin de caractère avec densité, peu de gras, l'ensemble est rond sans être large et se termine sur des notes d'amères bien agréable. Vin à la rétro sur des coquillages et un peu de "laine mouillée" que j'ai bien aimé. 17/20.

Les Clos 1996 : En bouteille. La robe la plus foncée de la soirée. Un bouquet de miel chaud, de notes fumées et de cailloux. Vin droit, doté d'une grande vivacité et qui se veut puissant. De l'eau de roche tout simplement. Prendra t-il un peu de chair avec l'âge? Vin sans retenue et sans artifice. 17/20.

Les Clos 1995 : En magnum. Bouteille imparfaite.


En supplémentaire!

Bussia 2000 de Prunotto Chocolat, notes sanguines, épices et fleurs à ce bouquet ennivrant. Vin tannique et puissant sans être décharné qui offre un grand contraste. Vin pour la "bouffe" et le futur. Merci Carl.

Nuits Aux Thorey 2005 de de Montille Ça pinotte franchement. Un vin de caresse et fraicheur sur une finale épicée. Vraiment tendre pour son appellation. Merci Philippe et Hubert.

Côte-Rôtie 2005 de Jamet Typé syrah du nord avec du poivre, des notes viandeuses/lardées et florales. Vin ample avec une certaine mâche, une belle fraicheur, les tannins sont fins et l'ensemble d'un bel équilibre. Merci Yves.

Guiraude 2004 de Graillot Des notes de rhubarbe et de poivre. Vin droit, vif, aux tannins bien présents avec peu de chair. La finale aciduleuse est un peu chaleureuse. Je ne suis pas un "fan" de ce producteur et ça se confirme une fois de plus. Merci Vincent. Bien fait de ne pas en avoir acheté la semaine passé à Qc.

Vosne Clos des Réas 2005 de Michel Gros Un fruité noir, des épices et de la pivoine. Un pinot intense me suis-je dit. Un peu "sucreux" d'attaque puis franchise, droiture et une fort longue finale sur un fruit plus confit. Une très belle bouteille qui me séduit et j'ai fait un bon achat avec Kazou! Merci Martin.

Il y a eu aussi Les Clos 2004 de Fèvre et Irancy 2005 de V. Dauvissat il se faisait tard et pas de notes prises. Merci Martin et Pierre.

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
avatar
Michel Therrien

Messages : 7630
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 54
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Mario Vaillancourt le Mer 17 Fév 2010 - 20:14

Superbe soirée en effet que cette verticale de 10 millésimes de Dauvissat qui se termine en plus en mini-Paulée. Merci à Pierre pour l'organisation.

Merci à Vincent et Michel ont fait des CR très complets comme d'habitude.

Les vins furent servis en 2 volets de 5 millésimes chacuns, tout d'abord 2005, 2004, 2003, 2002 et 2000. Ce premier volet avait une qualité d'ensemble incroyable, mon favori de ce volet et de la soirée d'ailleurs étant le 2002 avec son nez excessivement aromatique et expressif et une bouche avec un équilibre et une longueur incroyable. Le 2004 dégusté m'a encore démontré la qualité de ce millésime en blanc et j'ai adoré le style très vif, très précis et très typé pour moi. Le 2005 est une grande bouteille en devenir et donne déja beaucoup de plaisir. Le 2000 donne un vin très racé, d'une élégance et d'une finesse sublime. J'ai aussi eu plus de difficultés avec le 2003 comme la majorité des gens à notre table, probablement de façon relative aussi à la qualité incroyable des autres millésimes, alors que les convives de l'autre table semblaient l'apprécier beaucoup plus. Probablement une bouteille de qualité différente. L'attaque de ce 2003 était assez belle et ronde puis après plus rien, une finale très courte.

Pour le 2e volet, 1999, 1998, 1997, 1996 et 1995 nous furent servis et ce fut un 2e volet de très haut niveau aussi. Mon favori de ce volet et mon 2e vin de la soirée a été sans conteste le 1999 avec son nez complexe, élégant, un brin épicé, miel. Une bouche superbe, très élégante et racée, une longueur incroyable, une bouteille vraiment surprenante. Mes autres vins favoris de ce volet furent dans l'ordre 1997, 1996, 1998 et 1995.

Bref, une super verticale. Merci à Pierre et je suis partant pour Les Preuses, c'est sur. alien

En fin de soirée, beaucoup de belles bouteilles ouvertes par les potes:

Bussia 2000, Barolo, Prunotto: Nez sur le chocolat, rose, tabac. Un vin puissant et structuré mais fort bon avec un bon potentiel. Merci Carl.

Côte-Rôtie 2005, Jamet: Très Syrah au nez à l'aveugle, viandé, floral, épices, poivre. Une bouche très belle aussi, puissante mais les tannins sont soyeux et l'ensemble est fort équilibré et savoureux. Merci Yves.

Guiraude 2004 Alain Graillot:
Des notes floraleset de poivre. Une acidité bien présente en bouche, dense, des tannins assez puissants mais tout de même de texture agréable. Merci Vincent.

Chablis, Les Clos 2004, William Fèvre: Un nez superbe, citron, fleurs. L'attaque est assez ronde, l'acidité est vive avec une superbe longueur. Une légère touche boisée qui n'est pas désagréable. Merci Martin.

Vosne-Romanée, Clos des Réas 2005, Michel Gros: Un nez très aromatique, épicé, fruits noirs. La bouche est incroyable avec une finesse, une élégance et un touché à faire rêver. Tiens donc, j'en ai trois en cave!! Very Happy Merci Martin.

Mario
avatar
Mario Vaillancourt

Messages : 952
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Martin Loranger le Sam 27 Fév 2010 - 6:26

Merci à tous pour les commentaires instructifs!
J'aurais vraiment aimé me joindre à vous pour celle-là!!

Martin, en Australie

Martin Loranger

Messages : 579
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verticale Chablis Grand Cru Les Clos V. Dauvissat

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum