Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


Pas de tomates dans mon Chili

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pas de tomates dans mon Chili

Message par Frederick Blais le Ven 2 Jan 2015 - 0:31

Pas de tomate dans mon Chilien


Photos :Album Photo

Lors de mes dernières vendanges au Portugal, j'ai rencontré une jeune vigneronne qui participe a un projet plus qu'intéressant au Chili. Cultiver des vignes à 2280 mètres d'altitudes pour y produire un grand vin au cœur des Andes dans la partie nord du Chili, là où le désert y règne.

Après quelques échanges, elle me convint qu'il y a des vins frais et sans saveurs de plants de tomates qui s'y fait au Chili et m'invite à venir découvrir cela par moi-même. Avant de quitter le Portugal, elle me fait gouter à 2 vins faits en amphore par De Martino, vraiment rien à voir avec tout ce que j'avais gouté du Chili auparavant. Curieux, je pars donc découvrir ce pays dont j'avais abandonné l'achat depuis plus de 10 ans.

Voici donc un survol rapide sur ce qui m'a intéressé lors de mon voyage de 12 jours.

Le paysage des vignes

Au Chili, seulement 2 vignobles existent à une altitude supérieure à 1000 mètres, il n'y a pas comme en Argentine des plateaux à haute altitude dans les Andes.
Les volcans: il y en a plus de 3000 actifs au Chili. Ils procurent de la cendre, une composante qualitative pour un sol sur lequel on veut produire du bon vin. À tous les 20-25 ans, il y a un tremblement de terre majeure qui aura un impact sur le paysage en déplacent les roches par exemple.

La dernière glaciation s'est produite il y a 50 à 70 milles années. Sous la pression de la glace, les roches se brisent et lorsque la glace a fondue, les torrents d'eaux ont apporté ces roches pour créer les sols alluviaux.

Les différents type de sols:
1- Alluvial : Ces sols, constitués de roches biens polies, doivent leur formation suite aux dépôts formés par le passage de rivières. Comme Pauillac à Bordeaux par exemple. Au Chili, l'on compare les vignes de Punto Alto à cette région Bordelaise, c'est aussi les vignes les plus dispendieuses du Chili.
2-Colluvial : Ces sols se retrouvent à la base des montagnes, ils sont constitués de roche angulaire qui se détachent lors de tremblement de terre.
3-Granite : Ces sols, très sablonneux se retrouve sur près des côtes.
4-Carbonite de Calcium: Une composante du calcaire qui se retrouve un peu partout au nord du Chili. Une roche très importante puisqu'elle agit comme une éponge et retient l'eau dans le sol. C'est aussi pour cette raison que l'on retrouve une bonne dose de minéralité dans plusieurs vins.

Shiste : Il se retrouve en petite quantité dans le sud du Chili et seulement 2 nouveaux projets exploitent se type de sol, Torres et Errazuriz.

La viticulture :


Même si l'on a arraché environ 1% du vignoble l'an dernier du à la sécheresse intense et à l'étalement urbain de Santiago, le Chili compte environ 128 000 hectares de vignobles, ce qui est le double d'il y a 25 ans.

Comme plusieurs autres régions dans le monde, avant les années 90, on faisait des vins de finesse et de fraicheur avec des taux d'alcools inférieur à 13,5%. Avec l'arrivé de grands noms dans la région et une tendance pour les vins plus massif, le paysage du Chili a changé et a suivit les modes.

Au Chili comme partout ailleurs, il est important de bien comprendre sa vigne, sinon il n'en sortira jamais de grands vins. Les deux plus gros défis auxquels ils font faces, l'irrigation et la gestion de la canopée.


L'irrigation

Vers le sud du Chili, des régions comme Itata à 600 KM au Sud de Santiago reçoivent en moyenne 800mm de pluie par année et il est possible d'y faire de la viticulture sans irrigation. Plus l'on vas vers le nord, moins il y a de pluie et moins il y a aussi de réserve d'eau qui descendent des montagnes pour y pratiquer l'irrigation. Par exemple, la région de Elqui à 600 KM au Nord de Santiago, a reçu 40mm de pluie l'an dernier. Le pays traverse depuis 7 ans, une sécheresse intense, du jamais vu! Il y a énormément de terrasses vides ou des vignes brulées par le soleil un peu partout au Chili. À moins que la Nina(phénomène climatique dans le Pacifique) rapporte plus d'humidité que le Nino très bientôt, le futur de la vinification sera le sud du Chili, que plusieurs commencent déjà à s'intéresser, aussi pour les vieilles vignes.

À parler avec les gens, l'irrigation est très compliquée et stress autant le vigneron que la vigne! On parle qu'environ une dizaine de vignerons seulement seraient capables de bien l'appliquer et avoir des résultats de qualité. Si l'on irrigue trop, la vigne aura trop de vigueur pour sa végétation et le fruit ne sera jamais assez mûr et si la vigne est sous alimentée en eau elle sera trop stressée et arrêtera tout simplement la maturation de son fruit et encore une fois on aura un fruit en manque de maturité qui nous apportera ses saveurs végétales(selon la variété).

Est-ce que l'irrigation brise la notion de terroir? On est vite sur la gâchette à nous répondre que son influence sur le résultat final, si bien appliquée, est moins importante que la greffe.

Pour bien comprendre sa vigne et le besoin d'irriguer, il y a plusieurs signes à surveiller.
1- comprendre son sol, sa capacité à retenir l'humidité et sa vitesse de drainage.
2- la croissance de la vigne, la vigne laisse des marques de croissances et en comparant la distance entre chaque croissance, l'on peut avoir une idée de sa vigueur et de sa régression, qui nous parle sur son niveau de stress hydrique.
3- mesurer la force nécessaire à la plante pour s'approvisionner en eau. On mesure cela en bar(unité de pression atmosphérique). Chaque variété a sa zone de confort.
4- comprendre les phases de la plante, par exemple lors de la véraison, il faut s'assurer d'un stress minimum mais aussi la plante ne doit pas se fermer par trop grand stress, cela est important pour ne pas compromettre l'équilibre phénolique.

Gestion de la canopée


Le Chili est évidemment un pays au climat très chaud, les températures moyennes pour la vallée de Maipo par exemple pour la période de croissance de la vigne se situe entre 25 et 30 degrés tout au long de la saison de la vigne. Il y aura aussi tout près de 300 jours d'ensoleillement! Pour cela, on ne peut pas tout simplement se fier sur une région comme Bordeaux, ce que l'on a fait trop souvent, pour la gestion de la canopée. La chaleur, la radiation en haute altitude et l’ensoleillement sont des facteurs qui facilitent les brulures sur les baies.

La meilleure méthode est la culture en gobelet(bush vineyards). Il y a plusieurs très vieux vignobles(150-250 ans) dans le sud qui y sont plantés suivant les traditions des premiers colombs et qui aujourd'hui prouvent que cette méthode est très efficace pour tous les facteurs pouvant affecter la qualité de la baie. Par contre, il est impossible d'y implanter la mécanisation et pour cette raison, il y a très peu de viticulture en gobelet.

Par contre, il y a d'autres moyens assez efficaces. Par exemple, au lieu de planter la vigne avec une orientation nord-sud, on plantera plutôt avec une orientation est-ouest pour fournir de l'ombrage à la baie toute la journée. Certains vignerons orienteront les vignes en angle avec le sol pour avoir plus d'ombrage sur le fruit au lieu de la faire pousser le plus droit possible comme c'est le cas pas mal partout.

Maladie

Même si le phylloxéra n'est pas présent au Chili, on commence à y planter des vignes greffées. Il y a de plus en plus de problèmes avec les nématodes dans le sol et aussi le fait que l'industrie des pouponnières de vignes charge environ 3 fois moins cher pour planter de la vigne greffée! Il y a toutefois encore 90% du vignoble chilien qui est sur des vignes de pied franc.

Même si le climat est très sec, l'humidité qui se forme au milieu de la vigne est suffisant pour donner place au oïdium. On verra donc des traitements pour cette maladie.

Cépages et clones

Le Cabernet Sauvignon et le Carmenère sont évidemment rois dans ce pays. Les vins demandant les plus forts prix sont basés sur ces encépagement.

Ensuite les cépages rhodaniens font bonne présence avec surtout la Syrah et un peu de Carignan, Granache et Cinsault. Le malbec est assez planté, on retrouve du Cabernet Franc et du Sangiovese aussi.

Coté blanc, le Chardonnay et le Sauvignon blanc dominent alors que l'on retrouve quelques projets de vieux muscat, Riesling, Roussanne et Marsanne.

Si l'on associe souvent, le gout du plant de tomate aux vins mal irrigué de Cabernet Sauvignon et Carmenère, l'irrigation n'est pas le seul coupable. La qualité des clones y jouent un rôle important et malheureusement au Chili, les meilleurs clones de vignes Bordelaises ne sont pas encore disponible. Cela prend quelqu'un pour en faire la demande, l'importer et le laisser dans des conditions discutables aux soins du gouvernement pour qu'il passe la période de 4 ans en quarantaine. Comme cela requiert près de 10 ans avant de pouvoir récolter le raisin pour faire un vin, personne ne se lance dans un tel projet.

Le Païs, est un cépage que l'on va entendre de plus en plus parlé. Il a été planté pars les premiers missionnaires surtout pour fournir du vin de messe. C'est un cépage plutôt quelconque en jeunesse et c'est pourquoi l'on n'est pas près de voir des nouvelles plantations de ce cépage. Mais comme il y a beaucoup de très vieilles(100 -250 ans) dans les région du Sud qui produise des récoltes de qualités, le cépage connait un nouvel intérêt depuis son abandon. Le Païs donne des vins peu coloré avec des tannins rustiques, un mixte entre le Nebiolo et le Gammay. Avec les problèmes de sécheresse au nord et le nouvel intérêt vers des vins digestes et frais, les vieilles vignes abandonnées se font prendre soin à nouveau.

Le Futur


Il y a définitivement un mouvement qui prend de l'ampleur au Chili vers un style de vin et de vinification "Vieux Monde" ou un retour vers ce qui se faisait au Chili jusqu'au milieu des années 90. Pour prouver que ce mouvement fait parler de lui, les gros noms comme Errazuriz et Torres font maintenant des vins dans ces styles pour s'assurer d'être présent dans cette part de marcher.

Itata et Bio Bio sont 2 régions dont les projets d'exploiter des vieilles vignes ne manque pas. Au Nord, la région de Elqui débute à nous montrer son potentiel avec des vins au faible PH et beaucoup de pureté de fruit. Au centre nord Limari possède beaucoup de calcaire et a un potentiel de livrer des blancs avec minéralité. Quelques projets aussi débutent à exploiter le littoral, une zone très peu développée pour la vigne au Chili.

Autre projet intéressant : la vinification en amphore. La compagnie De Martino vinifie maintenant 3 cuvées(2 exportées) dans ces contenants en terre cuite pour faire le vin à l'ancienne le plus naturellement possible. Les résultats sont impressionnants!

La compagnie Top Winemakers commercialise aussi des vins de collaborations entre les compagnies. Selon la cuvée, chaque compagnie doit fournir une barrique qui doit être approuvées par les autres compagnies impliqués dans la cuvée. Ensuite les barriques seront mélangés ensemble pour produire une cuvée de luxe de grande qualité.

Vigno : C'est le nom d'une association de vignerons qui s'entendent sur les méthodes nécessaire à la production d'un vin dans la région de Maule. Comme le Chili ne compte encore aucune A.O.C., 13 vignerons ont décidé de formuler un manifeste pour obtenir une cuvée à base de Carignan de qualité dans cette région dans le but de promouvoir le besoin d'A.O.C. au Chili.

Quoi acheter?

Ce n'est aucunement exhaustif comme liste, je n'ai pas gouté ni visité tout le Chili encore mais j'ai eu quelques coups de cœurs ou encore des vins qui sortent de l'ordinaire et qui sont très buvable!

De Martino : Ces cuvées amphore et celles avec désignation de vignobles. Le rosé est surprenant aussi! Les vins ont de la profondeur et un bon potentiel de garde.

Undurraga: Une compagnie surtout connue pour ses vins de masses mais qui développe des produits en petite quantité et bonne qualité avec un esprit de terroir. Son Brut nature et Chardonnay Terroir Hunter de Limari étaient très bien.

Tabali: Même chose que Undurraga, ils font beaucoup de cuvées, la Syrah et le Chardonnay de Limari sont très bien. On y contrôle très bien l'irrigation.

Maquis: Seulement gouté à leur délicieux Cabernet Franc mais on en dit beaucoup de bien.

Juan Alejandro Jofré: Anciennement chez Maquis, il a maintenant parti son propre projet: (vinos frio del ano) les vins frais de l'année. Il nous propose un rosé et un rouge très bien réussi dans un style vin de soif.

Zarrada: Dans la région de Itata, j'ai dégusté son rosé, muscat blanc et Païs et tout était excellent, très bien fait.

Huaso de Sauzal: Pas gouté mais j'en ai acheté, il fait des vins à bases de Païs vieux de 250 ans. On en dit beaucoup de bien, bien hâte de déguster.

William Fèvre Chili: Le vigneron bourguignon qui a parti un projet au Chili. Maintenant la compagnie fait un bon volume de vins et ça vaut la peine de gouter quelques cuvées vinifiées avec un esprit Français.

Casa Marin: J'ai gouté un de leur Riesling qui était très bien, il me rappelait ce que l'on fait dans la vallée du Niagara.

Vinedos de Alcohuaz: Pas encore commercialisé, c'est un projet parti dans la vallée de Elqui il y a environ 10 ans. J'ai gouté les vins en barrique avant les assemblages finaux, les vins ont beaucoup de potentiel. Tout est fait naturel, le centre de vinification n'a même pas d'électricité. Il y aura deux cuvées, une élevée en œuf de ciment et l'autre en foudre pour 3 ans. À surveiller!
avatar
Frederick Blais

Messages : 1848
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Ven 2 Jan 2015 - 9:11

Très intéressant Fred. Merci pour le partage.

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7491
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 9:45

Très intéressant en effet.

Quels sont les noms des cuvées de De Martino élevées en amphore disponibles ici ?
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 2993
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Yves Martineau le Ven 2 Jan 2015 - 10:05

Merci Don Fred! Wink

Superbe compte-rendu, très instructif!
avatar
Yves Martineau

Messages : 5218
Date d'inscription : 07/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Frederick Blais le Ven 2 Jan 2015 - 10:14

Patrick Ayotte a écrit:Très intéressant en effet.

Quels sont les noms des cuvées de De Martino élevées en amphore disponibles ici ?

Je crois bien que c'est le Muscat et le Carignan en janvier.
avatar
Frederick Blais

Messages : 1848
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Michelle Champagne le Ven 2 Jan 2015 - 11:16

Wink Merci Fred, très beau compte rendu. Tu serais un excellent prospect dans une nouvelle version du Cellier...

Cela dit, pour moi les vins chiliens sont synonymes de plan de tomates. À l'aveugle, ils sont toujours démasqués pour cette raison. Depuis quelques années, certains amateurs de vins à la recherche d'un bon rapport qualité/prix se tournent vers le Chili. De plus en plus de français s'y installent pour exploiter le potentiel certain de ce terroir.  Malgré cela, je n'y arrive pas. Incapable d'avoir du plaisir avec ces vins aux arômes de plan de tomates, de poivrons et de vanille. Je caricature mais c'est à cela que je pense lorsqu'on évoque Chili.

C'est probalement à cause d'une trop grande consommation de "Casillero del Diablo", de "Cousino-Macul", de "Concha y Toro" et de "Errazuriz" quand j'étais jeune.... Wink

avatar
Michelle Champagne

Messages : 1442
Date d'inscription : 26/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Jonathan Marquis le Ven 2 Jan 2015 - 11:30

Super interessant Fred

Est-ce qu'il y a des vins plus sur la finesse ? J'ai exploré quelques fois le chili et chaque fois je me suis retrouvé avec des vins un peu lourd et surfait, j'ai donc très peu exploré cette région en me disant que ce n'était pas mon style

J'avais bien aimé le clos apalta mais j'ai un peu de difficulté à mettre autant de $$ pour un chilien

Ce serait sympa une dégustation de chilien, question de nous faire découvrir de beaux rqp sans plan de tomate

avatar
Jonathan Marquis

Messages : 943
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 31
Localisation : Morin-Heights

Voir le profil de l'utilisateur http://www.marquisinc.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Stéphanie Chénier le Ven 2 Jan 2015 - 11:39

Merci beaucoup Frédérick: beaucoup de travail dans cette analyse très intéressante!
avatar
Stéphanie Chénier

Messages : 1494
Date d'inscription : 26/04/2014
Localisation : La Sarre, Abitibi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 12:13

Michelle Champagne a écrit:

C'est probalement à cause d'une trop grande consommation de "Casillero del Diablo", de "Cousino-Macul", de "Concha y Toro" et de "Errazuriz" quand j'étais jeune.... Wink


C'est entre autre en allant vers d'autres produits que tu mentionnes que l'on voit ce que le Chili a offrir et oublier du coup le "plant de tomates". Je bois beaucoup de vins du Chili vs les autres membres de ce forum et je ne perçois jamais de ces arômes dans les vins bus. Coïncidence ? Pense pas !
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 2993
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 12:16

Jonathan Marquis a écrit:Super interessant Fred

Est-ce qu'il y a des vins plus sur la finesse ? J'ai exploré quelques fois le chili et chaque fois je me suis retrouvé avec des vins un peu lourd et surfait, j'ai donc très peu exploré cette région en me disant que ce n'était pas mon style

J'avais bien aimé le clos apalta mais j'ai un peu de difficulté à mettre autant de $$ pour un chilien

Ce serait sympa une dégustation de chilien, question de nous faire découvrir de beaux rqp sans plan de tomate


Si tu restes dans les super cuvées de chilien, ce sera pratiquement toujours trop extrait, sauf si le vin a l'âge pour avoir digéré sa matière un peu, et encore. Il faut choisir de beaux produits dans la gamme 20-40$ selon moi pour voir ce qui se fait de meilleur, mais reste qu'un 2-3 minimum de garde aide souvent ces vins qui sont commercialisés beaucoup trop jeune... Mais ce n'est que mon opinion basé sur ce que je vais avec les vins de ce pays Wink
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 2993
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Sylvain Rhainds le Ven 2 Jan 2015 - 12:26

Quel beau travail...Merci Frederick d avoir partagé ces informations...
avatar
Sylvain Rhainds

Messages : 147
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 37
Localisation : MTL

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Mario Vaillancourt le Ven 2 Jan 2015 - 13:21

Super intéressant Fred, merci du partage.
avatar
Mario Vaillancourt

Messages : 943
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 56

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Michelle Champagne le Ven 2 Jan 2015 - 13:29

Patrick Ayotte a écrit:
Michelle Champagne a écrit:

C'est probalement à cause d'une trop grande consommation de "Casillero del Diablo", de "Cousino-Macul", de "Concha y Toro" et de "Errazuriz" quand j'étais jeune.... Wink


C'est entre autre en allant vers d'autres produits que tu mentionnes que l'on voit ce que le Chili a offrir et oublier du coup le "plant de tomates". Je bois beaucoup de vins du Chili vs les autres membres de ce forum et je ne perçois jamais de ces arômes dans les vins bus. Coïncidence ? Pense pas !

J'ai essayée les vins nouvelle vague comme l'Arboleda, Cono Sur, Ninquén,Ninquén Antu, Don Melchor et Chadwick Sena qui a gagné plusieurs prix et je n'arrive pas à savoir pourquoi? Il ne s'agit pas de mauvais vins mais à chaque fois dégustés, il y avait un petit quelque chose qui accrochait. C'est une question de goût tout simplement.

Patrick, est-ce que tu dégustes tes vins du Chili à l'aveugle avec des vins issus d'autres pays?

avatar
Michelle Champagne

Messages : 1442
Date d'inscription : 26/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 13:53

C'est arrivé que je déguste à l'aveugle ces vins et je travaille sur une dégust de Pinot France vs monde et j'y mettrai des vins du Chili. Il serait bien de faire pareil avec des vins de Syrah...

Mon impression est que beaucoup de vins du Chili sont comme les vins d'une autre génération, ils ont besoin d'un repos avant d'afficher leur vrai profil et/ou potentiel. Et ce n'est pas avec les bêtes de concours que sont les super-premium (Sena, Don Melchor, Almaviva et autres) que le vrai visage du Chili peut se révéler...
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 2993
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Alain Roy le Ven 2 Jan 2015 - 13:58

Quelques-uns que j'ai bien aimé et que j'ai en cave:

Los Boldos 2008, le dix Los Vascos 2008 miam, Sideral 2005, Cuvée Alexandre cab-sauv 2009. Ai bu un excellent 1998 à 13 ans d'âge de ce dernier.

J'aime, mais un peu moins car assez costaud: Clos des Fous, Catena Alta.
Purple Angel de Montes: ouch !
avatar
Alain Roy

Messages : 1914
Date d'inscription : 25/06/2010
Localisation : montreal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Ludwig Desjardins le Ven 2 Jan 2015 - 14:22

Patrick Ayotte a écrit:
Mon impression est que beaucoup de vins du Chili sont comme les vins d'une autre génération, ils ont besoin d'un repos avant d'afficher leur vrai profil et/ou potentiel.

Mais n'est-ce pas le cas de tous les vins vendus? Que veux-tu dire par vins d'une autre génération? J'ai plutot l'impression que les vins chiliens commercialisés n'ont rien d'austère à l'ancienne, et je vois mal comment l'aspect trop jeune s'exprime vraiment en dégustation sur ces vins.

Ludwig Desjardins

Messages : 4444
Date d'inscription : 05/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 15:28

Ludwig, l'expérience que j'ai avec les vins chilien montre que lorsque j'attends au minimum 2-3 ans avant l'ouverture d'un vin, celui-ci est meilleur vs beaucoup de vins d'ailleurs (certains Rhône, Bourgogne, Cab Franc de la Loire, etc.) qui se boivent beaucoup mieux (ce qui explique pourquoi je fais vieillir mes vins chilien et que je bois les autres...). Mais comme je l'ai mentionné, c'est mon avis basé sur mon expérience. Libre aux autres de penser ce qu'ils veulent...


Dernière édition par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 15:33, édité 1 fois
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 2993
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Alain Roy le Ven 2 Jan 2015 - 15:29

Je pense que Patrick veut simplement dire que ce sont souvent des vins qu'une garde moyenne bonifie, un peu comme les vins du Languedoc selon moi.
avatar
Alain Roy

Messages : 1914
Date d'inscription : 25/06/2010
Localisation : montreal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Ven 2 Jan 2015 - 15:35

Alain, Catena est argentin non?

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7491
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Alain Roy le Ven 2 Jan 2015 - 15:41

Effectivement ! Maudites lunettes...
avatar
Alain Roy

Messages : 1914
Date d'inscription : 25/06/2010
Localisation : montreal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Frederick Blais le Ven 2 Jan 2015 - 16:00

Merci pour les bons mots.  Comme plusieurs l'ont écrit, pour moi le Chili a souvent été synonyme de vins surfait ou avec ces saveurs végétales rappelant le plant de tomate.  Je crois que pour certains cépages comme le Carmenère, en jeunesse, on y échappera pas.  Par contre j'ai dégusté la bas un 1998 de De Martino et à l'aveugle cela rappelais un beau Bordeaux à maturité.  Comme Patrick le dit, parfois il faut être un peu patient.

Difficile encore au Québec de trouver ces cuvées qui sortent de la masse, mais cela s'en vient!  On a explosé le nombre de cuvée de Beaujolais à la SAQ depuis 3 ans, donc il y a de l'ouverture pour de nouveaux produits à notre monopole.

Je vais tenter d'organiser une dégustation pour février.
avatar
Frederick Blais

Messages : 1848
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Jonathan Marquis le Ven 2 Jan 2015 - 16:42

Pourquoi ne pas acheter un vieux bordeaux plutôt qu'un chilien 1998 qui ressemble à un bordeaux?
Si on recherche des vins qui ressemblent à ceux qu'on n'aime, n'est-ce pas parce qu'on aime pas vraiment le vrai caractère chilien? (Sans les défauts)

Je me souvient que le clos apalta bu ressemblait beaucoup à un bordeaux...

J'ai bien hate de gouter à un chilien bien fait qui va me révéler la vrai nature du chili plutôt qu'un qui va reasembler a ceux que j'aime
avatar
Jonathan Marquis

Messages : 943
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 31
Localisation : Morin-Heights

Voir le profil de l'utilisateur http://www.marquisinc.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Ludwig Desjardins le Ven 2 Jan 2015 - 17:07

Alain Roy a écrit:Je pense que Patrick veut simplement dire que ce sont souvent des vins qu'une garde moyenne bonifie, un peu comme les vins du Languedoc selon moi.

Oui je comprend tout à fait. Mon point est que je ne vois pas en quoi un chilien de 25$ se boirait moins bien en jeunesse et se bonifierait plus qu'un Bordeaux du même prix ou un Côte-du-Rhône. Enfin, un bon dégustateur pourra savoir si le vin a quelque chose dans le ventre dès sa sortie, je ne crois pas que le vin changera dramatiquement en deux ans pour devenir tout autre.

Pour ma part j'ai eu des expériences très malheureuses de vieillissement avec des vins comme le Don Melchor qu'on ne me reprendra plus à acheter... Par contre je dois avouer avoir été étonné par certains vins plus modestes récemment comme ceux du Clos des fous, même en pinot.

Ludwig Desjardins

Messages : 4444
Date d'inscription : 05/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Patrick Ayotte le Ven 2 Jan 2015 - 22:18

Ludwig, c'est ce que j'essaie d'expliquer ! Les super premium dont le Don Melchor sont des bêtes de concours et ce n'est pas ce que j'aime du Chili. J'aime la gamme Reserva dont les vins vont généralement de 20$ à 40$ et dont quelques années (2-3) aide beaucoup le vin. J'ai souvenir d'un Cab de Montès qui avait changé dramatiquement entre la première bouteille bue et l'autre après une seule année de garde. Même chose pour l'aération. Une Syrah d'Errazuriz était difficile et austère, mais après un bon 24hrs d'aération en cave est devenu un pur délice !

Bref, je ne réussirai pas à convaincre les anti-Chili ou les pro-plant de tomate, mais moi j'aime les produits de ce pays, j'en ai environ une centaine de bouteilles qui vieillissent sagement et ça fait mon bonheur...
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 2993
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Jeu 27 Aoû 2015 - 17:59


_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7491
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas de tomates dans mon Chili

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum