Derniers sujets
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Message par Yves Martineau le Sam 27 Sep 2014 - 11:03

J'ai corrigé Daniel, c'était bien Château Margaux 1971, de l'époque de la famille Ginestet, avant l'acquisition par la famille Mentzelopoulos qui a restauré le domaine et sa réputation.
avatar
Yves Martineau

Messages : 5322
Date d'inscription : 07/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Message par Sébastien Desforges le Sam 27 Sep 2014 - 11:06

Yves Martineau a écrit:Ah oui, merci, c'est corrigé. C'est que le Margaux fut versé et transporté dans une bouteille de Latour ....1983 Embarassed

lol! et qu'est-il arrivé au jus qui était dans la bouteille de Latour 1983 ? drunken
avatar
Sébastien Desforges

Messages : 394
Date d'inscription : 25/07/2012
Age : 31
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Message par daniel.seriot le Sam 27 Sep 2014 - 11:13

D' accord Yves, je comprends parfaitement ton commentaire. La fin de la période Ginestet a été un vrai calvaire! Le premier millésime de famille Metzelopoulos (1978)  a montré tout le futur potentiel de la propriété. Un renouveau total
avatar
daniel.seriot

Messages : 854
Date d'inscription : 17/06/2013
Age : 69
Localisation : Saint Emilion

Voir le profil de l'utilisateur http://rivedroite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Message par Yves Martineau le Sam 27 Sep 2014 - 11:25

Sébastien Desforges a écrit:
Yves Martineau a écrit:Ah oui, merci, c'est corrigé. C'est que le Margaux fut versé et transporté dans une bouteille de Latour ....1983 Embarassed

lol!  et qu'est-il arrivé au jus qui était dans la bouteille de Latour 1983 ? drunken

Ah ça, seul Daniel pourrait le dire... Laughing
avatar
Yves Martineau

Messages : 5322
Date d'inscription : 07/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Message par Pierre Beauregard le Lun 29 Sep 2014 - 21:40



Belle dégustation à laquelle participait des tripeux de bordeaux.  Les grands font grands même dans les petits millésimes ?  Cette dégustation en a fait la démonstration.

1971 :  L’année a mal commencé en terme météorologique mais la mi-saison et surtout la finale s’est bien déroulée avec plusieurs journées ensoleillées et chaudes.  Début des vendanges vers le 4 septembre.  Les rendements sont bas.

Le Margaux de 43 ans dégusté jeudi dernier paraissait beaucoup plus jeune que son âge malgré qu’il avait atteint son espérance de vie.  Beaucoup d’éclat au nez mais manquait de chair et de concentration en bouche et doté d’un niveau d’acidité plutôt élevé.  Par contre, je m’attendais à la présence de notes tertiaires ce qui aurait été normal après tant d’années mais cette absence m’a réjouit.  J’aurais aimé le déguster il y a 10-15 ans.  85 pts.

1993 : Été chaud mais vendange sous la flotte.  Pour plusieurs, la maturité n’est pas atteinte.  La rive droite s’en sort mieux, les vendanges ayant été complétées avant la rive gauche.    Le trio de 1993 a été servi à l’aveugle et une 4e bouteille a été introduite par Yvan.  Tous ont reconnu le pirate (le 2e vin) probablement dû au fait qu’il a été ouvert tout juste avant de le servir contrairement aux 3 autres qui ont eu droit à un coup de carafe.

Le vin en position 1 (Margaux) a constitué une belle bouteille avec ses notes de fruits rouges de cèdre et de tabac blond.  Rondeur agrémenté d’une touche délicate de ses tanins. 90 pts.   Le pirate nommé Léoville Barton était quant à lui boisé, viandeux même et en présence d’une masse tannique asséchante.  87 pts.  Le 3e s’est avéré assez musclé tant il avait à dire olfactivement et gustativement.  Je croyais être en présence du Lafite.  Bonne dose de cassis et de mine de crayon, la bouche en donne encore beaucoup et longuement. Beau Latour.  91 pts.  Le Lafite en position 4 faisait dans la dentelle (j’étais sur Margaux).  Rond, soyeux finale un peu acide.  90 pts.  Tous 4 étaient à leur apogée.  Ne pas attendre.

1994 : Encore une fois, une bonne partie de l’année s’est déroulée dans les standards d’un bon millésime mais beaucoup de pluies sont venues gâcher les vendanges.  La rive-droite s’en est encore mieux tirée.  Le Cheval Blanc m’a beaucoup plu, tout en fruits, bouche grasse, plein, tanins fins et en abondance.  Finale importante.  Mon préféré de la soirée.  92 pts.

1997 :  Hiver doux, printemps les deux pieds dans l’eau et un été très chaud.  Les vendanges débutent à une date vraiment précoce, rarement rencontrée soit le 15 août.  Un vin jeune que ce Latour.  Fruits rouges et tanins font bon ménage.  Un vin que plusieurs ont apprécié.  Une belle force de la nature.  91 pts.
avatar
Pierre Beauregard

Messages : 1983
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grands châteaux bordelais dans des millésimes difficiles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum