Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Montréal Passion Vin 2013

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Patrick Ayotte le Jeu 7 Nov 2013 - 9:28

J'aurai au moins la chance de goûter à son Savigny dans les mois / années à venir Wink 
avatar
Patrick Ayotte

Messages : 3003
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 38
Localisation : St-Amable

Voir le profil de l'utilisateur http://dansmonverre.ca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Jeu 7 Nov 2013 - 15:48

J’ai enfin pu disposer d’un peu de temps pour me replonger dans la dernière édition de MPV. Commençons donc par le commencement : Duval-Leroy.

Nous avions à déguster deux cuvées du Domaine, soit la grande cuvée, appelée Femme de Champagne, et une cuvée parcellaire, le Clos des Bouveries, sis à Vertus et classée en premier cru.

Femme de Champagne est un assemblage des grands crus Avize, Chouilly et Mesnil et le chardonnay domine (environ 80%). Une faible part est élevée en fûts et les dosages sont raisonnables, six grammes en moyenne.

Clos des Bouveries est planté exclusivement en chardonnay. Le vin est encore moins dosé (entre deux et quatre grammes), mais la proportion élevée sous bois varie substantiellement d’un millésime à l’autre. La cuvée est d’ailleurs produite à tous les ans et sert à tester les nouvelles idées du Domaine.

Femme de Champagne 2004 : Nez rancio et plutôt boisé. Attaque crémeuse, mais milieu de bouche un peu creux. Finale légère, fuyante, mais aux notes boisées. Après quelques minutes dans le verre, le vin semblait avoir perdu toutes ses bulles … Bien, sans plus.

Femme de Champagne 2000 : Joli nez, plus serré et puissant que le précédent. On y trouve de la pomme verte, du citron et de fines notes de sablé breton. Bouche plus vigoureuse et longue que la précédente. Ensemble bien sec et net. Joli vin, mais en deçà de à quoi on s’attend d’une « grande » cuvée. Bien.

Femme de Champagne 1996 : Nez plus évolué, plus éclatant par contre, complexe et profond, sur des notes de mousseron, de chocolat blanc et de poivre. Bouche crémeuse, très longue. À la fois acide et patinée, concentrée. Longue finale, précise, sur la craie et la fumée. Excellent.

Clos des Bouveries 2002 : Nez épicé, sur des notes de gâteau aux fruits, avec une minéralité plus affirmée. Vin droit, assez fin, vigoureux. Jolie longueur et notes aromatiques séduisantes. Très bien.

Clos des Bouveries 2004 : Nez inusité, sur la chartreuse et la fougère, très végétal. Bouche raide, étonnement fade … Je ne me rappelle pas avoir déjà noté cela, mais ce vin aurait gagné il me semble à être dosé davantage! Moyen.

Clos des Bouveries 2005 : Nez d’orange amère, avec des notes salines et de fougère. La bouche offre plus de fond que la précédente, mais l’ensemble est plutôt brut et la finale est amère. Correct.

Si la présentatrice, Mme Duval-Leroy, était sympathique, les vins ne m’ont pas conquis. L’ordre de service m’a réellement laissé dubitatif. Je crois qu’on aurait du commencer par le Clos des Bouveries et finir par Femme de Champagne. La dégustation se serait alors terminée sur le meilleur des vins et aurait laissé, à mon humble avis, un meilleur souvenir aux participants.

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Ven 8 Nov 2013 - 22:09

Le premier lunch de cette 12e édition a été orchestré par de main de maître par l’équipe du Club Chasse & Pêche, du File et du Serpent (qui devrait ouvrir ses portes sous peu) afin de mettre en valeur les prestigieux vins du Domaine Gaja.

Gaia Gaja a fait une superbe présentation en français de l’histoire du Domaine et des vins. Pour un peu plus de contexte : http://www.lapaulee-enligne.com/t1925-degustation-gaja?highlight=gaja

Gaja Gaia & Rey chardonnay langhe 2010 : Nez riche et exotique, avec une bonne dose d’élevage. Bouche concentrée, serrée, longue et puissante. Finale légèrement chaleureuse. Vin ambitieux, sérieux et profond, mais manque un peu d’harmonie. Très bien, voire plus.

Gaja Magari Toscana 2010 : Nez de prune mûre, de poivre, d’iris et de charbon. Bouche puissante, dotée d’un bel éclat. Encore là, un vin bien fait, mais plutôt commun il me semble. Pourrait avoir été élaboré un peu partout dans le monde … Bien.

Gaja Renina Pieve Restituta brunello di montalcino 2007 : Nez plus complexe et profond, épicé, sur des notes de prune, de havane, de cuir et de terre brune. Bouche tannique, séveuse, mais serrée, droite. Finale sérieuse, fraîche et très longue, aux accents mentholés. Un vin sévère en l’état qui demande à se peaufiner en bouteille. Potentiellement excellent.

Gaja barbaresco 2009 : Très joli nez de figue, de zan, de fleur séchée et d’encre. Bouche costaude, large et puissante, concentrée. La richesse de la matière parle de la maturité du millésime. La structure est toutefois sentie, portant le vin dans une longue finale, légèrement amère. Un vin très jeune, promis à un bel avenir. Pareil au précédent, excellent, mais dans le temps.

Gaja Sperss langhe 2001 : Issu du Cannubi à Serralunga d’Alba. Nez passablement plus expressif, fondu, mais détaillé, on sent le travail du temps ! On y trouve des notes de pot pourri, d’encre, de havane, de thé fumé et de santal. Bouche déliée, l’attaque est presque voluptueuse, puis la puissance de ce vin se fait sentir. Finale intense et parfumée, fraîche et volumineuse à la fois, aux accents de goudron et de menthe sauvage. Un pur sang qui commence à peine à s’assagir ! Superbe.

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Lun 11 Nov 2013 - 15:55

La première journée se poursuivait par une dégustation des vins de la Maison Remoissenet. Le domaine a été racheté par des intérêts américains en 2005. La Maison disposait d’un imposant stock de vins anciens que le précédent propriétaire n’avait pas vendu afin de ne pas avoir d’impôts à payer. Pour illustrer le caractère du bonhomme, Bernard Repolt, l’actuel gérant, nous raconte, qu’en épluchant les comptes après la transaction, il trouve une Mme Remoissenet dans le registre des employés … comme elle ne travaillait pas à la société, M. Repolt demande à l’ancien propriétaire ce qu’il doit faire avec elle. M. Remoissenet lui répond de la jeter à la rue … puisque c’est là qu’il l’avait trouvée! L’impressionnante collection de vins anciens a permis de déguster de tels vins, certains remontant à près de 50 ans!

Remoissenet Genevrières meursault 1er cru 1992 : Nez de mousseron et de noisette, bien net et profond. L’abricot s’amène à l’aération. La bouche est à la fois fine et parfumée, épurée mais de belle prestance. Finale parfumée, expansive. Beaucoup d’harmonie et de classe. Excellent.

Remoissenet Clos des Chênes volnay 1er cru 1978 : Joli nez, évolué, mais complexe, sur des notes de fruits compotés, de menthol et de fumée. Des notes de thé et de fruits secs feront leur apparition à l’aération, jusqu’à dominer le bouquet complètement. Bouche en retrait, à la chair évanescente. Finale sèche … Un joli souvenir de vin, mais un souvenir quand même … Bien.

Remoissenet Clos des Chênes volnay 1er cru 1969 : Nez avec une bonne dose de volatile, sur des notes de viande rôtie, de fleur fanée, de zan et de figue. Texture glycérinée en bouche avec une impression sudiste. Je veux bien que 1969 ait-été solaire … mais à ce point? Des fûts de Châteauneuf auraient-ils remonté le Rhône puis la Saône jusqu’à Beaune? Bien, voire plus … mais pour la typicité (du moins, à ce que je connais en termes de vieux Bourgognes) on repassera!

Remoissenet Combottes gevrey-chambertin 1er cru 1979 : Nez moins évidemment sudiste que le précédent, mais plutôt mûr, avec de la cerise, de la prune, du menthol, de épices et des petites touches animales/brettées. La bouche offre une jolie chair, avec une réelle impression de sève et un caractère éminemment savoureux. Belle longueur pour ce vin patiné, mais harmonieux, aux relents épicés. Très bien, voire plus.

Remoissenet Combottes gevrey-chambertin 1er cru 1966 : Nez terreux, peu expressif, sur des notes tertiaires de cuir, de cacao et de feuilles mortes … guère plus réjouissant en bouche, le vin se montre décharné, avec une finale vive, acérée. Aromatiquement fané, il ne lui reste que sa vive acidité à offrir … le patient est bel et bien mort … depuis un moment à part ça!

Remoissenet clos de vougeot grand cru 1964 : Couleur plus dense et jeune que celle des autres vins. Nez de fruit noir, de café, d’encens et de pot pourri. La bouche est nourrie, offre un superbe volume, de la mâche et de la structure. Le tout tient encore admirablement ensemble, offrant à la fois plénitude et harmonie. Finale minérale et séveuse à la fois et magnifique longueur. Pas une complexité à tout casser, mais un tour de force à près de 50 ans! Superbe.

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Michel Therrien le Lun 11 Nov 2013 - 16:11

Merci les gars pour les CRs.
La fille de M.Gaja qui s'exprime en français à Mtl.........chapeau!
Est-elle aussi en verve que son père?

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
avatar
Michel Therrien

Messages : 7630
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 54
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Lun 11 Nov 2013 - 16:31

Je n'étais pas à la présentation du père il y a quelques années ... mais la pomme n'est pas tombée loin de l'arbre à ce qu'il paraît. Elle est peut-être un peu plus posée, mais pas moins passionnée.

Comme elle le disait à la blague, son père l'a nommée vice-présidente ... surtout pour rappeler que c'est encore lui le président!

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Mer 13 Nov 2013 - 14:09

Le vendredi se terminait, comme toujours, par la dégustation « de prestige » du programme. Et que de plus prestigieux que le Château Lafite Rothschild?

Carruades de Lafite pauillac 2010 : Nez de fruit noir, d’espresso, avec un joli registre floral. Bouche droite, assez puissante, sans être dénuée de finesse. En finale, on sent la richesse du millésime, par des notes de fruits très mûrs et un rien de chaleur. Très bien.

Carruades de Lafite pauillac 2005 : Nez moins ouvert, qui demandera un peu de temps pour s’exprimer, mais qui dévoilera à la longue un profil qui a commencé à se complexifier. On y trouve du cassis, du cuir, du tabac ainsi qu’une touche animale. Bouche plus classique, avec une belle acidité, des tanins longs et sérieux, sans être sévères. Un vin encore très jeune, bien doté, mais qui a besoin de temps. Très bien, voire plus.

Château Duhart-Milon pauillac 5e GCC 1996 : Nez de cassis, d’humus et de poivron rôti. Bouche bien en chair, fondue, mais avec de la fraîcheur, sur des notes de fruit rouge. Finale longue, savoureuse, moyennement concentrée, mais avec de la poigne, indiquant la puissance du millésime. Je dois admettre avoir été surpris par ce vin duquel j’attendais assez peu. Très bien, voire plus.

Château Duhart-Milon pauillac 5e GCC 1988 : En magnum. Nez poussiéreux, qui s’ouvrira sur des notes de poivron, de menthol, de fruit compoté et de feuilles mortes. La bouche est peu intense, fondue, de longueur moyenne. Joli, mais vieillot … Ce n’était pas les années les plus glorieuses chez Duhart-Milon. Bien.

Château Lafite Rothschild pauillac 1er GCC 1995 : Nez profond et détaillé, mais encore sur la réserve. On y trouve du cassis, de l’espresso, du tabac et de la terre noire. Le tout possède une fraîcheur indéniable. Bouche moyennement expressive, mais magnifiquement construite, d’un classicisme réjouissant, aux proportions parfaites et à l’éclat d’école. Grande longueur, finale serrée, sur la mine de crayon. Superbe, voire plus, mais à attendre.

Château Lafite Rothschild pauillac 1er GCC 1990 : En magnum. Nez plus mature, au fruit plus mûr également, avec du havane, des fruits rouges et des pointes fumées. La bouche offre un beau volume, une fraîcheur étonnante et une tenue irréprochable … un aristocrate dans le sud quoi! Finale longue, assez large, aux tanins polis et au registre de fruit mûr. N’a peut-être pas l’intensité des plus grands du millésime (Latour, Margaux), mais un grand vin tout de même Superbe.

Château Lafite Rothschild pauillac 1er GCC 1985 : En magnum. Nez magnifique, qui demande un peu d’attention, mais quelle race! On y sent des notes épicées, de boîte à cigare, de fruits rouges et noirs mûrs, de fleur mauve et une minéralité fine. Que de nuances et de détails … difficile à rendre en mots. La bouche est patinée, d’une puissance contenue, d’une infinie élégance. Je rêverais de le prendre à table. Alors qu’on a l’impression que la finale se termine, elle est portée à nouveau par un deuxième souffle qui imprègne longuement la bouche. Un tout grand vin, à point, mais pour longtemps, en magnum du moins. Sublime.

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Invité le Mer 13 Nov 2013 - 14:37

Vincent,

Mes impressions rejoignent les tiennes sur Lafite à part pour le 1985 que j'ai trouvé beaucoup moins impressionnant que tu le laisses entendre.

Un vin plus à l'ancienne avec des tanins fins, mais aussi qui semblent s'assécher, ce qui porte ombrage à la finale. Certes un vin de table, mais je ne miserais pas sur sa longévité, bien au contraire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Mer 13 Nov 2013 - 14:57

Nous avons eu une première bouteille pas nette qui séchait justement ... Mais une deuxième servir était tout à fait spectaculaire.

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Invité le Mer 13 Nov 2013 - 15:38

Deux bouteilles dégustées aussi. Même constat Sad

Je veux bien croire en l'adage pas de grand vin, que de grande bouteille, mais à 3 mag sur 4 qui sèchent, je commence à me poser des questions.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Ven 15 Nov 2013 - 14:10

La samedi matin s’ouvrait avec une dégustation des vins d’Henri Boillot. Personnage particulier, caustique à la limite du désagréable, il exposera les quatre causes de l’oxydation prématurée des blancs : vendange trop mûre, bâtonnage, le manque de soufre et des élevages trop longs. Ses blancs sont donc récoltés tôt, jamais bâtonnés, élevés en fûts de 350 litres plutôt que 228 litres, plutôt soufrés et mis en bouteille après une petite année d’élevage.

Seule boutade qui m’a bien fait rire, se moquant de Christophe Salin qui avait vanté la veille ses tables de tries avec lecteur optique, M. Boillot, sortant ses lunettes, disait que lui aussi était équipé de tables avec tri optique!

Henri Boillot meursault 2011 : Assemblage de Cromin, Tillets et Narvaux. Nez de fruit blanc, avec une touche de bois. Bouche droite, vigoureuse, nette et finale saline. Vin serré, pur, mais manque de chair et de charme à mon goût. Bien.

Henri Boillot Les Embrazées chassagne-montrachet 2011 : Nez plus expressif, sur les fruits jaunes, le grillé, le nougat, l’ananas. Bouche plutôt parfumée, avec du bois, fond correct pour cet ensemble tendu, à la finale saline. Éclat et longueur, mais encore là, pas beaucoup de texture ni d’ampleur. Le tout viendra peut-être avec l’âge. Très bien.

Henri Boillot corton-charlemagne grand cru 2011 : Nez discret, mais profond, sur la pêche blanche, le silex et le menthol. C’est le vin où le bois se fait moins sentir, peut-être à cause d’une meilleure concentration? Bouche puissante, ciselée, repliée sur elle-même pour l’heure, mais qui révélera beaucoup de concentration et d’allant à l’aération. Très longue finale, finement amère, mais pure, soulignant la réelle puissance du vin. Austère en l’état, mais possède d’impressionnantes réserves. Excellent, voire plus.

Henri Boillot Les Lavières savigny-les-beaune 1er cru 2011 : Nez moyennement net sur le yogourt aux fraises, la poussière, une touche végétale et des notes fumées et épicées. Bouche craquante, simple et fraîche. Vin de soif qui fait plus bourgogne générique que premier cru par contre. Bien.

Henri Boillot Les Chevrets volnay 1er cru 2011 : Nez pur, plutôt profond, sur les fleurs mauves, la terre et de belles notes de fruits noirs. La bouche est compacte, certes, mais pas dénuée de chair, svelte, même athlétique, mais présentant du fond et une race certaine. Belle longueur, sur la pivoine et une minéralité fumée. Très bien, voire plus.

Henri Boillot clos de vougeot grand cru 2011 : Nez réglissé, d’épices, de fruit noir et d’encre. Bouche costaude, sérieuse, mais la structure tannique est plutôt asséchante pour l’heure. Ensemble peu fruité, dur, qui manque de charme. Je suis loin d’être convaincu par l’interprétation de ce terroir sérieux par ce vinificateur austère …

Les blancs m’ont paru un peu meilleurs que les rouges. Si tous les vins possédaient un bel éclat, je dois dire préférer les vins plus suaves et charnus. Pour paraphraser Baudelaire pour qui « l’amour sans la mort, ce n’est pas tout à fait l’amour », la Bourgogne sans le charme, ce n’est pas tout à fait la Bourgogne!

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Ven 15 Nov 2013 - 15:51

Deux domaines st-émilionais clôturaient le volet dégustations de l’édition 2013 de Montréal Passion Vin : le Clos Saint-Martin et le Château Angélus.
 
Si Angélus se passe de présentation, je dois admettre que je ne connaissais pas le Clos Saint-Martin avant cette dégustation. Petite propriété totalisant 1.33 ha d’un seul tenant, elle est plantée en merlot (80%), cabernet franc (15%) et cabernet sauvignon (5%). Les vinifications ne se font pas en cuves, mais bien en barriques. Les fûts sont ouverts afin d’y mettre le raisin puis refermées, puis rouverts après les fermentations afin de presser.
 
Clos Saint-Martin st-émilion GCC 2009 : Couleur noire. Nez de violette, de café et de liqueur de mûre. Bouche séveuse, avec de l’épaisseur. Les tanins sont abondants, mais gras. Finale longue, sur une étonnante salinité rappelant les huîtres! Un peu de chaleur et beaucoup d’amertume … un vin impressionnant, mais moyennement digeste. Très bien, si le tout s’harmonise.
 
Clos Saint-Martin st-émilion GCC 2005 : Nez plus ouvert, avec de la terre noire, des fruits mûrs et des notes de tabac. La bouche montre une belle fraîcheur, même si le tout est volumineux et indéniablement concentré. On sent un peu d’élevage sur des notes de noix de coco. Baroque, certes, mais harmonieux, avec un très bel éclat. Excellent.
 
Clos Saint-Martin st-émilion GCC 2000 : Nez ferrugineux et truffé, sur fond de terre noire. Bouche puissante, sur l’anis, mais qui ne possède pas la patine ni l’équilibre du 2005. Finale large, mais amère et chaleureuse. Ici aussi, un vin impressionne plus qu’il ne séduit et dont l’équilibre ne me semble pas abouti. Bien, voire plus.
 
Carillon d’Angélus st-émilion GCC 2010 : Nez de framboise, de violette et de poivron rôti, avec un élevage discret. Bouche bien construite, vigoureuse, avec des notes d’encre. Structure masculine, mais rien ne dépasse et le tout possède un bon équilibre de base et de l’éclat. Très bien.
 
Château Angélus st-émilion GCC 2010 : Nez de mûre, de charbon, avec une touche de bois. Le tout est puissant, profond et bien éclatant, d’une prime jeunesse, bien entendu. Bouche séveuse, aux tanins magnifiquement polis, puissants certes, mais veloutés. Grande longueur, suave et fraîche à la fois, avec une finesse, malgré la concentration, qui me semble issue du cabernet franc parfaitement mûr. Un peu monolithique, mais tout semble en place pour trouver un grand vin dans une quinzaine d’années. Potentiellement superbe.
 
Château Angélus st-émilion GCC 2007 : Nez ouvert, floral, sur les fruits rouges et l’anis. Bouche déliée, pure, dotée d’une belle mâche. Demi-puissance, mais texture velouté et tanins fins. J’aime beaucoup la pate discrète sur ce millésime plutôt faible qui met en évidence un certain classicisme et une race indéniable plutôt que l’extraction indue que je craignais. Très bien, voire plus.
 
Ainsi se terminent mes comptes-rendus de MPV 2013. Je n’ai pas assisté au banquet et n’ai pas pris de notes durant le lunch Kitchen Galerie/Montelena, d’où l’absence de commentaires!

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montréal Passion Vin 2013

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum